Théâtre

La comédienne Alix Riemer, 31 ans.

Au théâtre elle ne joue pas, elle est. A 31 ans, la comédienne s’essaye à la mise en scène. Avec succès !

Elle aurait plu aux cinéastes de la nouvelle vague. Sourire coquin à la Jeanne Moreau, moue stylée façon Anna Karina : Alix Riemer, 31 ans, est une actrice qui attire l’œil. Mais elle vient du théâtre. Formée dans le saint des saints, le Conservatoire national supérieur d’art dramatique, elle y a suivi les cours d’Alain Françon et de Dominique Valadié. Du premier, elle a appris la lecture scrupuleuse des textes ; de la seconde, elle a retenu la nécessaire écoute de l’autre. Dans cette même école, elle a aussi rencontré son double, Julie Duclos, qui l’a plusieurs fois dirigée sur les planches, lui permettant de basculer de rôles d’adolescentes, où la cantonnait jusque-là son physique juvénile, vers la partition d’une femme sensuelle dans Nos serments,spectacle adapté d’un scénario de Jean Eustache.

Depuis, ces deux complices mènent une recherche sur le jeu de l’acteur dont on prendra la mesure, en juillet, au Festival d’Avignon avec la création de Pelléas et Mélisande, de Maurice Maeterlinck. La présence, l’intériorité et l’intensité forgent leur alphabet. Alix Riemer s’exclame : « Faire semblant a ses limites ! » et c’est vrai qu’au théâtre elle ne joue pas, elle est. Elle vient de franchir le pas qui mène à la mise en scène. Elle orchestre et interprète son adaptation des journaux intimes de Susan Sontag. La combativité de la romancière américaine l’a « saisie ». Entre vidéo, musique et texte, elle a bien l’intention de faire de cette intellectuelle, morte en 2004, une vivante parmi les vivants.


on aime passionnément Susan, d’après Susan Sontag, conception Alix Riemer. Du 13 au 30 mars. Du mer. au sam. 20h30, au Théâtre-Studio d’Alfortville, 16, rue Marcelin-Berthelot, Alfortville (94).