Point d'interrogation, de Stefano Massini, une pièce «futuriste» qui s'interroge sur le monde de demain.

LA CHRONIQUE D’ARMELLE HÉLIOT

La fille de Peter Brook dirige le Centre dramatique de Nice et lui, le Théâtre Liberté de Toulon. Elle l’a invité pour un exercice particulier.

Il entre d’un pas décidé sur le plateau de la grande salle, pleine à craquer, du Théâtre de Nice. Blonde et dorée, ravissante, Irina Brook vient de prendre la parole devant ce public qui la suit depuis trois ans. Elle a expliqué l’étrange exercice auquel Charles Berling a accepté de se prêter. Dans une enveloppe scellée, le texte d’une pièce qu’il va jouer devant nous, la découvrant en même temps que les spectateurs interloqués. Un drôle de texte qui s’intitule Lapin blanc, lapin rouge. Une pièce écrite par un jeune Iranien en 2010, alors qu’il ne pouvait pas sortir de son pays. Depuis, Nassim Soleimanpour a séjourné à Berlin. Il est actuellement à Copenhague. Et sa pièce circule en Europe. L’auteur s’adresse à l’acteur qu’il imagine. Six ans après, par-delà le temps, par-delà l’espace, Nassim Soleimanpour guide l’interprète et invite les spectateurs à monter sur scène. Ce que raconte Lapin blanc, lapin rouge, n’est pas gai. C’est insolite et l’on rit beaucoup devant les comédiens d’un soir et devant la malice aiguë de Berling. mais il y a quelque chose de très mélancolique, de discrètement désespéré dans ce texte bouteille à la mer. En tout cas, Berling, silhouette de jeune premier, sourire désarmant d’un artiste qui aime partager et a le sens des échanges ludiques, est très fort. Rien de plus difficile que de tenir ainsi une salle, des partenaires improvisés et de donner un supplément d’âme à un exercice de virtuosité.

L’après-midi même il avait assisté dans la petite salle, au milieu des enfants et de leurs parents, à une représentation de Point d’interrogationde Stefano Massini, l’auteur brillant deChapitres de la chute, sur les Lehman Brothers. Dans cette pièce «futuriste », on s’interroge sur le monde de demain. Quatre jeunes comédiens, deux garçons, deux filles, jonglent avec des questions et des objets, dans un espace léger, harmonieux et mobile. Les questions de Massini sont celles d’Ariane Mnouchkine. Le modèle que s’est choisi Irina Brook.

Entente fertile

Lorsqu’elle avait été nommée, tout n’avait pas été facile. Succéder à Daniel Benoin – aujourd’hui à Antibes -, une personnalité affirmée, peu désireuse de s’effacer, c’était dur. Être une femme à qui l’on confie des responsabilités, c’est difficile, dans le monde de la culture aussi.

Mais Irina Brook, fille de la regrettée Natasha Parry et de Peter Brook, est à la fois sensible et forte. Elle est crâne. Elle a tenu devant les coups plus ou moins loyaux. Elle s’est imposée. Elle a élaboré une très intéressante programmation depuis trois saisons, le théâtre est accueillant, les spectateurs, mêlés. On est vraiment dans le théâtre, service public. On pense à la société, à la planète, on s’adresse aux jeunes, à la diversité. Dans la ville meurtrie de Nice, le théâtre a une place éminente et les tutelles, en particulier l’ancien maire et président de la région Paca, Christian Estrosi, fait toute confiance à Irina Brook.

À quelques kilomètres de là, à Toulon, Charles Berling codirige le Liberté, devenu scène nationale, avec Pascale Boeglin-Rodier, tandis que son frère Philippe travaille en Bourgogne.

Si les moyens d’un centre dramatique et d’une scène nationale ne sont pas les mêmes, si les trajets de ces deux artistes inspirés, engagés, volontaires, sont différents, ils ont en partage une énergie, un sens de leur mission, le goût des textes de qualité, l’amour du public. Tout pour que l’entente soit fertile.

Source : Le Figaro