Loading...
­
1801/2021

KOLIK | NEW YORK TIMES 14_01_2021

lundi 18 janvier 2021|Catégories: Spectacle Vivant|Mots-clés: |

Behind Closed Doors, Paris Theaters Carry On

Rather than let finished productions go to waste in the locked-down city, exasperated artists are continuing with closed performances for others in the industry. If everyone’s “working,” it’s technically still allowed.

Antoine Mathieu in “Kolik,” directed by Alain Françon, at Théâtre 14. Credit:Ina Seghezzi

PARIS — Call it the French spirit of resistance — or contrariness. Officially, theaters here are shut, because of a new wave of coronavirus infections. Unofficially, there are still shows going ahead, behind closed doors.

Last weekend, for example, a “clandestine” performance of Shakespeare’s “King Lear” was held at a Paris theater — although the cameras of a popular talk show “C à vous,” were there, too. The socially distanced audience was described as “regulars of the venue,” and an unmasked man told a journalist from the show that he was attending to protest the “gradual erosion of the freedom to live.”

The unnamed, albeit easily recognizable, director of the theater later defended the rule breach onscreen. “If a society forgets that theater is absolutely necessary, it is dead,” he said.

The wisdom of flaunting illicit activities on TV aside, the case of “King Lear” speaks to a growing exasperation among local theater artists. While French theaters were luckier than most in 2020, with months of performances between two lockdowns, they have been in limbo since the second one began in November. The government initially announced that theaters would reopen on Dec. 15, but it changed course when a target of bringing new virus cases to fewer than 5,000 a day was missed. A review was scheduled for Jan. 7, then scrapped as the infection rate continued to climb. The industry now awaits the government’s next move, scheduled to be announced Wednesday.

 The stop-start nature of these decisions means that productions that were nearly ready for the stage faced last-minute cancellations. But rather than let them go to waste, a number of theaters have opted for a more legal solution than “King Lear” did. Private daytime performances are now being held for professionals, mostly programmers and journalists. Since going to work is still allowed if a job can’t be done from home, these closed showings don’t technically break any rules.
No theater aficionado would pass up the chance to return to a darkened auditorium, but in the event, it felt a little like opening gifts on your own, with no one to share in the excitement of the moment. Comedy suffered the most. While the French actor Bertrand Bossard performed his heart out at the Espace Cardin, the current residence of the Théâtre de la Ville, his one-man show “Incredibly Incroyable 2.0” relies on the kind of playful audience interaction that professional observers aren’t best placed to provide.

Despite its billing as “the antidote to Brexit,” “Incredibly Incroyable 2.0” is mainly a revival of a tribute to British stand-up that Bossard first performed in 1998. A short video introduction nodded to the present by casting Bossard as a depressed comedian who believes he is responsible for Britain’s decision to leave the European Union, but recent events barely featured in the show itself.

When they did, the lighthearted tone felt a little out of step with the reality of 2021. In a scene about Donald Trump, performed the afternoon after the storming of the United States Capitol, Bossard himself admitted: “He’s too fast for me. There’s a new episode every day.”

“Incredibly Incroyable 2.0” makes much of the fact that Bossard performs in English for a French audience, and a larger sample of viewers is probably needed for some of the jokes to land. Still, the brilliance of his physical impressions of some characters — a group of Russian thugs, especially — required no translation.

In “Kolik,” written by the German author Rainald Goetz, the sole character is portrayed by Mathieu as an alcoholic.Credit: Ina Seghezzi

One-man and one-woman shows have been in high demand since coronavirus regulations made it difficult for large casts to work together, and a closed premiere at the Théâtre 14 took the form in a radical direction. “Kolik,” a monologue by the German author Rainald Goetz, is a bleak, often obscure journey into the mind of a man nearing death.

In Alain Françon’s production, the main character is portrayed as an alcoholic, who slowly downs a bottle over the course of the play. The role demands a tour de force from the actor, and Antoine Mathieu delivered, veering between existential despondency and bravado.

Alone onstage with a chair, he modulated Goetz’s fragmented, minimalist text into quasi-musical phrases, his inflections varying slightly with each of the many repetitions. In any other circumstances, it would be a career-defining performance — but even extraordinary acting may not get the recognition it deserves, with touring dates canceled for the foreseeable future.

In that context, the competition prize for the Impatience Festival, a prestigious platform and competition for emerging directors, seems all the more valuable this year. Organizers opted to hold the event’s 12th edition at any cost, and while the customary audience prizes will have to wait, a jury of professionals led by the actress Rachida Brakni will offer the best production an opportunity to tour France once restrictions are lifted.

 The first weekend of the festival, held at the Théâtre de Chelles, in a suburb of Paris, was marred by the cancellation of Carole Umulinga Karemera’s “Murs-Murs,” as the director was unable to travel from Rwanda. Magrit Coulon’s “Home,” an accomplished work of documentary theater, managed to make the trip from Belgium, however. Coulon, who graduated from a theater program there in 2019, spent time with the residents of a retirement home in Brussels, and asked three young actors to embody some of them.

Onstage, with no aging makeup or special costumes, they recreated the weakened muscles and trembling hands that come with old age, as well as the slow, monotonous pace of life in some homes. Certain scenes leave realism behind in the second half of the show, as when the cast starts lip-syncing to audio recordings of residents; Coulon holds back instead of embracing the sense of absurdity that surfaces then, but hers is already a distinctive voice.

“Home” and another closed performance, Didier Ruiz’s “What Should Men Be Told?” (“Que faut-il dire aux hommes?”) at the MC93 theater, drew a sizable invited audience. “Home” had no fewer than 70 people in attendance, in an auditorium that can seat up to 230. Social distancing was easy to maintain, but there has been little clarity on the capacity limit. If workplace regulations apply, then the minimum space requirement is four square meters per person, about 40 square feet. Yet some venues have appeared to assume that as long as half the seats are empty, that’s fine.

 Of the productions currently hidden away, “What Should Men Be Told?” is the one that deserves to be seen widely, as a matter of urgency. Ruiz, who has worked mainly with nonprofessionals for two decades, enlisted seven men and women of faith for this new work. Quite a few systems of beliefs are represented, from Islam and Catholicism to shamanism, and the cast members take turns sharing how spirituality has shaped their lives.

Faith rarely comes up in french theater these days, and “What Should Men Be Told?” feels both fresh and unpreachy. Each participant takes the long view, thoughtfully, calmly: Hearing a Dominican friar reflect on four decades spent in a small cell has a way of putting short-term issues in perspective.

In endlessly frustrating times, crafting a theatrical experience that is simply soothing may already be an act of resistance. If only audiences could see it.
2112/2020

Marie-Sophie Ferdane, ses héroïnes, de la Dame aux Camélias à Patti Smith | France Culture 15_12_20

lundi 21 décembre 2020|Catégories: Spectacle Vivant|Mots-clés: |

LE 15/12/2020

2112/2020

La réponse des Hommes de Tiphaine Raffier | La Terrasse décembre _2020

lundi 21 décembre 2020|Catégories: Spectacle Vivant|Mots-clés: |

La réponse des Hommes de Tiphaine Raffier - Critique sortie Théâtre France

EN TOURNÉE / TEXTE ET MISE EN SCÈNE TIPHAINE RAFFIER

Publié le 18 décembre 2020 – N° 289

Afin de pouvoir interroger la morale, ce que signifie ou pas le bien, la compassion, l’empathie, Tiphaine Raffier a choisi de s’appuyer sur les Œuvres de miséricorde décrites dans l’Évangile de Saint-Matthieu, des actes charitables devant être accomplis par les chrétiens afin de racheter leurs fautes. A partir de ce socle, elle a écrit une succession d’histoires d’aujourd’hui indépendantes les unes des autres, mais pas totalement car elles s’avèrent brillamment reliées entre elles par certains aspects et résonances. Toutes mettent en jeu l’idée du choix, d’un dilemme qui ne s’effectue pas entre le bien et le mal, mais plutôt révèle de manière concrète une multitude de dommages collatéraux, de faces obscures, d’incohérences et de contradictions entre ce qui est dit ou souhaité et ce qui advient. Remarquablement agencée, cette variation contemporaine en forme de palimpseste est conçue autour de neuf œuvres de miséricorde : accueillir les étrangers, nourrir les affamés, prier pour les vivants et pour les morts, donner à boire aux assoiffés, vêtir ceux qui sont nus, visiter les prisonniers, assister les malades, ensevelir les morts, sauvegarder la création. Sans s’y noyer – ce qui est une prouesse ! –, Tiphaine Raffier parvient à faire émerger l’ambivalence des situations, où les vernis se craquellent, où la volonté humaine paraît hélas bien empêtrée. Ce qui est clair, c’est que la réponse des hommes aux intentions premières n’en est pas une, et à cet égard la dernière histoire concentre tous les questionnements, en mêlant éthique et esthétique.

Le plaisir d’un théâtre irrésolu   

Ancrée dans l’angoisse actuelle de l’urgence écologique et d’une fin du monde programmée, la séquence finale montre avec une force sidérante l’effroi qui saisit mais aussi l’oubli des mœurs policées en cas d’urgence. Serait-ce que le mal est plus banal que le bien ? Qu’est-ce qui est le plus juste en cas de naufrage, de crise sanitaire, de guerre ? Qui sauver ? Qui soigner ? Comment ne pas se contenter pas d’un laconique « nous sommes désolés » face aux malheurs ? La pièce chemine sans jamais se faire moralisatrice ni pompeuse, bien au contraire. Tout commence par un cauchemar splendide et effarant autour d’un totem enflammé, celui d’une mère qui a mal au crâne, dont on apprend ensuite qu’elle se trouve dans un service de maternologie car elle ne parvient pas à établir de lien avec son bébé. Hôpital, prison, salle de procès, salon familial… : tous ces lieux constituent un espace commun d’interrogation, une sorte de laboratoire des comportements aux issues de secours plus qu’incertaines. Sharif Andoura (excellent comme toujours), Éric Challier, Teddy Chawa, Pep Guarrigues, François Godart, Camille Lucas, Édith Mérieau, Judith Morisseau, Catherine Morlot et Adrien Rouyard forment un collectif remarquable, accompagné sur scène par les musiciens de l’Ensemble Miroirs Étendus. Impeccablement rythmée, d’une beauté formelle minutieusement organisée, la pièce tient en haleine sans relâche. Avec ce quatrième opus, Tiphaine Raffier, membre du collectif d’artistes du Théâtre du Nord, déploie le talent d’une artiste de très grande envergure.

Agnès Santi

 

1712/2020

Jacques Weber et François Morel jouent à la belle étoile | Le Parisien 15-12_20

jeudi 17 décembre 2020|Catégories: Spectacle Vivant|Mots-clés: |

Jacques Weber et François Morel jouent à la belle étoile pour protester contre la fermeture des salles

Les deux comédiens ont manifesté en jouant des textes d’Hugo et Flaubert notamment, avant le couvre-feu, sur une place du XVIIIe arrondissement à Paris, devant un public ravi.

Ce mardi soir, Jacques Weber et François Morel ont lu des textes devant le Théâtre de l’Atelier à Paris pour défendre la culture mise en difficulté par la crise sanitaire. LP/Philippe de Poulpiquet

Par Sylvain Merle

Le 15 décembre 2020 à 22h22, modifié le 15 décembre 2020 à 22h31

Il est 18h30. La nuit est tombée. A cette heure, ce 15 décembre, date initialement prévue pour la réouverture des théâtres  les spectateurs devaient prendre place dans celui de l’Atelier (Paris XVIIIe). Ce mardi soir, ils ont pris la place, toute la place Charles-Dullin qui lui fait face, rapidement noircie de monde. Une petite scène a été dressée, hérissée de pieds de micros que braquent des spots. Sur les pavés, des chaises et quelques bancs sont installés, vite occupés par des gens de la profession, des habitants du quartier.

« Ce n’est pas un spectacle, prévient Marc Lesage, le directeur du lieu, debout sur les tréteaux. C’est un cri dans la nuit, c’est un symbole. » Il y a un an, se répétait là un spectacle dont on voit l’affiche barrée d’un laconique « Annulé ». Il se sera joué seize fois. Il ne se jouera plus. « Crise de nerfs », ça s’intitulait. Prémonitoire? La crise est là, et les nerfs, ses acteurs les ont. Jacques Weber en premier lieu, qui a donné rendez-vous ce soir à son comparse François Morel, pour ce drôle de happening protestatoire.

VIDÉO. La culture dans la rue : «On est en train de crever !»

« Ce qu’on fait ce soir, c’est dire qu’on continue, le théâtre continue, il faut jouer, on joue », glissait Jacques Weber juste avant. Alors il « manifeste en jouant », et en choisissant ses mots. Les siens, et ceux de Victor Hugo. Dans son grand manteau noir, sa stature en impose. Sa voix explose. Il tonne, tempête quand il lit ce discours devant l’Assemblée nationale de 1848 refusant une baisse du budget de la culture alors qu’il faudrait en multiplier les lieux, « faire pénétrer de toutes parts la lumière dans l’esprit du peuple, car c’est par les ténèbres qu’on le perd ». Des applaudissements nourris le saluent.

François Morel monte. Lunettes au bout du nez, il lira du Morel, sa chronique de vendredi de France Inter offerte en primeur. Le ton est tendre, mélancolique, drôle et un brin ironique. Ça rime. Ça rit dans le public. Il assène ses vérités : « Un théâtre est un geste barrière contre les fanatiques et tous les mortifères. »

Puis c’est en musique, au son jazzy — guitare et clavier — qu’il offre une anaphore sur la mort, ritournelle chantante et finalement une ode à la vie. « Je mourrai dans les chiffres et quelques statistiques qui informent chacun des risques pandémiques […] Je mourrai comme on tousse ou comme on éternue, pour m’être consolé dans les bras d’inconnus […] Je mourrai bien sûr, en méritant, j’espère, cette pensée fondée, ce juste commentaire, cet avis ordinaire, mais si réconfortant, avant qu’il ne soit mort, il était si vivant. »

«Au-delà de tout corporatisme, restons fraternels, sinon le malheur des autres sera bientôt notre avenir»

Weber reprend avec Gustave Flaubert. La voix, profonde, presque sépulcrale, parle de fange, de dégoût, fustige l’égoïsme qui « engendre l’imbécillité ». Plus tôt, il pestait contre le manque de concertation du gouvernement. Mais refusait toute attaque nominale. « La pauvre Bachelot, elle n’y est pour rien », balayait-il en réponse aux questions des médias attroupés.

« Au-delà de tout corporatisme, restons fraternels, prévenait-il encore, sinon le malheur des autres sera bientôt notre avenir.» Sans « colère particulière », c’est chez Flaubert qu’il est allé chercher une pique à décocher sur scène — « Nos gouvernants sont des dindons qui passent pour des aigles et font la roue comme des paons » — qui enchante l’assemblée. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, Weber et Morel ont pris leurs armes pour protester. Avec panache, humour et esprit. On applaudit.

 

 

1512/2020

À l’Atelier, Jacques Weber et François Morel font de la résistance | Le Figaro – 14_12_20

mardi 15 décembre 2020|Catégories: Spectacle Vivant|Mots-clés: |

Derrière les portes du théâtre, les comédiens tournent Cyrano. Ils s’interrompent ce soir pour exprimer sur la place Charles-Dullin leur colère devant la fermeture imposée.

Par Philibert Humm

Publié hier à 17 :32, mis à jour hier à 17:44

 

« Nous ne sommes pas des rebelles. Nous ne sommes pas des révolutionnaires. Nous ne sommes pas des agitateurs. Nous ne sommes pas fous, nous ne sommes pas inconscients. (…) Nous demandons juste à être traités avec respect, intelligence et discernement.»

 

Ainsi parle Marc Lesage, directeur du Théâtre de l’Atelier. Ce soir, à l’heure même où son théâtre aurait dû rouvrir ses portes, il sera sur le trottoir, place Charles-Dullin, en compagnie de Jacques Weber, François Morel, Audrey Bonnet et quelques autres.

 

Ni armes, ni haine, ni banderoles vindicatives, seulement l’impérieuse nécessité d’exprimer «leur dégoût et leur colère». Leur écœurement aussi de savoir les grandes surfaces bondées et les consommateurs «stimulés à coups de Black Friday» tandis que les strapontins des salles de spectacle prennent la poussière.

 

Nous demandons juste à être traités avec respect, intelligence et discernement

Marc Lesage, directeur du Théâtre de l’Atelier

 

Sur la façade de l’Atelier, l’affiche du dernier spectacle de Jacques Weber commence à gondoler. Trois Farces d’Anton Tchekhov montées par Peter Stein que l’acteur était censé reprendre aujourd’hui.

 

La pièce a été successivement suspendue, reportée, interrompue, programmée, déprogrammée au gré des annonces gouvernementales.

 

Weber, qui a passé l’âge de se raconter des histoires, sait que le spectacle est d’ores et déjà tué dans l’œuf. Ses farces ne reprendront sans doute jamais, sacrifiées sur l’autel de la pandémie. Alors il a fallu improviser. Et à ce jeu-là, le comédien n’est pas le dernier.

Un tournage en un claquement de doigts

Dans l’esprit de l’école des Buttes Chaumont qui portait autrefois le théâtre au petit écran, Weber s’est proposé de venir au spectateur qui ne pouvait venir à lui. Michel Field, le directeur des programmes culturels de France Télévisions n’a pas mis longtemps à marcher dans la combine. Marc Lesage non plus. Ainsi a-t-on tourné cet été Atelier Vania, une mise en scène originale de l’œuvre qui sera diffusée dans le courant du mois de janvier. Un confinement plus tard, au tour de Cyrano d’être mis sur le métier.

 «À la télévision, soit on tourne en trois ans, soit en un claquement de doigts», tranche Weber, qui a préféré en la circonstance claquer des doigts. Sous la houlette du réalisateur Serge Khalfon, trois caméras grand capteurs ont été mobilisées dans le Théâtre de l’Atelier. Il s’agit d’aller vite car les délais sont serrés: trois semaines de répétition pour six jours de tournage.

Vendredi se jouait la tirade des «Non merci»: «Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite/ Bref, dédaignant d’être le lierre parasite/ Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul/ Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul!»

Le rôle-titre revient à François Morel, sans faux nez ni costume. Sans décor non plus. Comme pour le Vania, les accessoires ont été réduits au minimum. Les comédiens jouent dans leurs vêtements de ville et les différents espaces du théâtre suffisent à planter les actes. Un fatras de fauteuils d’orchestre figure la bataille d’Arras et la scène du balcon se joue… au balcon.

Printemps prochain

« Au théâtre, dans les dernières répétitions, explique Jacques Weber, quand les acteurs sont encore en liberté, il se passe parfois des choses merveilleuses, très décontractées. Des instants de grâce auquel le public a rarement l’occasion d’assister. C’est cette essence-là que nous avons essayé de capter. Ce jeu nu, tel qu’on le retrouve chez Pialat, l’un de mes maîtres.» Quand les acteurs sont encore en liberté, il se passe parfois des choses merveilleuses, très décontractées. Des instants de grâce auquel le public a rarement l’occasion d’assister.

Jacques Weber

Les grands arias d’Edmond Rostand sont mis en majesté et certains morceaux musicalisés. Comme chaque fois qu’il en a l’occasion, Morel, accompagné au piano par son complice Antoine Sahler, fait entendre qu’il a du coffre. Audrey Bonnet en Roxane et Arnaud Charrin en Christian complètent la distribution. Trois semaines de montage suivront, quatre jours d’étalonnage et deux de mixage pour un résultat visible dès le printemps prochain.

En attendant, les tilleuls de la place Charles-Dullin ont fini de perdre leurs feuilles. Sans ses terrasses, sans son théâtre, sans ses spectateurs, l’endroit ne se ressemble plus. «Ce soir pourtant, promet Marc Lesage, nous ferons résonner l’art et la culture par la parole des artistes, avec dignité et responsabilité, pour combattre l’absurdité des mesures prises par ce gouvernement.» Les parisiens sont invités à les rejoindre, masqués comme de bien entendu. Depuis le premier jour, les théâtres se défendent d’avoir jamais compté parmi les foyers de contamination. Le Théâtre de l’Atelier serait plutôt un foyer de résistance. Une résistance qu’on aimerait plus contagieuse encore.

Ce 15 décembre à 18 h 30, rassemblement devant le Théâtre de l’Atelier, place Charles-Dullin à Paris (18e).

911/2020

Au Théâtre de la Ville, les voix solitaires et lumineuses de Nicole Garcia et Scali Delpeyrat | Le Monde 09-112020

lundi 9 novembre 2020|Catégories: Spectacle Vivant|

En cette période de reconfinement, l’établissement parisien propose plusieurs spectacles joués en direct et visibles gratuitement en streaming sur son site Internet.

Par Brigitte Salino  Publié aujourd’hui à 02h06, mis à jour à 05h44

Temps de Lecture 4 min.

Scali Delpeyrat, dans la pièce « Je ne suis plus inquiet », le 5 novembre.
Scali Delpeyrat, dans la pièce « Je ne suis plus inquiet », le 5 novembre. JEAN-LOUIS FERNANDEZ

Changement de programme : au premier confinement, le Théâtre de la Ville avait choisi de maintenir un lien avec le public en lui proposant des consultations poétiques par téléphone. Au deuxième, dont on espère qu’il sera le second, il passe de l’oral à l’image, en offrant des spectacles qui étaient prévus en novembre, dans un format particulier : ils sont joués en direct et visibles en streaming sur le site Internet du théâtre ou sur Facebook Live, mais seulement une ou deux fois.

L’idée : que les spectateurs prennent rendez-vous, comme quand ils assistent à une représentation. Qu’ils soient dans l’ici et maintenant du théâtre, autant que faire se peut. David Lescot échappe à la règle : sa nouvelle création, J’ai trop d’amis, a droit à trois passages. Elle a été présentée une première fois le vendredi 6 novembre, à 14 h 30, un horaire spécialement choisi pour les écoles, qui ont été près de 360 à faire découvrir le spectacle à 20 000 élèves, dans toute la France.

Des pas de côté

Nous n’avons pas pu voir cette pièce, taillée pour les préadolescents, qui sera donnée une dernière fois le vendredi 13 novembre, à 18 heures. Mais nous avons pu assister à la préparation de deux autres : Royan, de Marie Ndiaye et Je ne suis plus inquiet, de Scali Delpeyrat, jouée dans une petite salle autrefois réservée aux projections de films. Cette intimité s’accorde au propos : Scali Delpeyrat se livre, seul en scène. Cet acteur, qui s’est fait connaître du grand public avec son rôle de secrétaire général de l’Elysée dans la série de Canal+ Baron Noir, écrit comme il pratique le théâtre, où il s’ouvre à toutes les expériences : en faisant avec talent des pas de côté.

Je ne suis plus inquiet commence comme le journal de bord d’un homme qui s’observe et observe le monde autour de lui avec une empathie mise à distance par sa solitude de célibataire dans Paris : qu’il adopte un chat, dîne chez des amis ou écoute FIP, tout est source d’affolement, d’une angoisse sourde teintée d’un humour presque involontaire. Puis des souvenirs d’enfance se mêlent aux séquences du quotidien, et un écheveau se met en place. Il mènera au nœud de l’histoire, à la grand-mère juive, sauvée pendant la seconde guerre mondiale par un résistant, alors qu’elle passait en zone libre avec sa fille qui, par son mariage avec un fils d’agriculteur, fera de Scali Delpeyrat « un juif du Lot-et-Garonne », parlant avec l’accent du Sud-Ouest et récitant en hébreu les prières de shabbat.

Grand écart culturel, problème existentiel ? Oui et non, car Scali Delpeyrat sait se raconter avec une incongruité qui le rend drôlement attachant. Ecoutez-le parler de la télécommande qu’il a fait encadrer, de la façon dont sont modulées les annonces vocales des stations de métro, du silence du reporter en direct à la télévision, attendant que la question en studio lui parvienne à l’oreille. Ecoutez-le tout court, jeudi 12 novembre à 19 heures, et vous comprendrez pourquoi il a pu appeler sa pièce Je ne suis plus inquiet.

Une femme puissante

Dans Royan, une autre voix solitaire se fait entendre : celle d’une femme, jouée par Nicole Garcia. Mardi 10 novembre, à 21 heures, vous pourrez voir des extraits de ce monologue, accompagnés d’une discussion entre l’actrice et Emmanuel Demarcy-Mota, le directeur du Théâtre de la Ville. L’équipe, dirigée par le metteur en scène Frédéric Bélier Garcia a préféré cette formule, mieux adaptée à l’état des répétitions, encore en cours.

Royan est l’une des trois pièces de Marie NDiaye prévues cette saison : Berlin mon garçon, qui devait être créée au printemps au Théâtre national de Strasbourg, dans une mise en scène de Stanislas Nordey  est annoncée pour le printemps 2021. Les Serpents a été créée fin septembre à Tours, dans une mise en scène de Jacques Vincey mais sa tournée a été interrompue par le confinement. Royan, qui devait être créée à l’Espace Cardin, devrait tourner de janvier à fin mars 2021.
C’est la quatrième fois que Frédéric Bélier-Garcia met en scène un texte de Marie NDiaye. Il dirige sa mère, pour qui la pièce a été écrite, à partir d’un fait divers : le suicide d’une adolescente, maltraitée par ses camarades de classe. Sa professeure de français rentre chez elle. Elle sait que les parents de la jeune fille l’attendent. Ils veulent parler avec elle, comprendre ce qui s’est passé. Mais Gabrielle, la professeure, refuse toute explication, et se refuse à toute compassion. Pourquoi ?

C’est tout l’enjeu de la pièce, qui dresse le portrait d’une femme puissante, dans la lignée de Trois femmes puissantes de Marie Ndiaye elle dit non. Non à la bonne pensée, aux bons sentiments, à la bonne tenue. Mais, comme toujours chez l’autrice, ce « non » s’accorde à une écriture taillée dans un diamant fauve, qui soulève plus de mystères qu’il n’en résout. C’est un cadeau pour Nicole Garcia, et une ode à son jeu heurté qui renvoie mille et un éclats sur le destin d’une femme.

Les directs du Théâtre de la Ville à suivre sur le site www.theatredelaville.com

J’ai trop d’amis, de David Lescot (Actes Sud-Papiers, 64 p., 10 €). Je ne suis plus inquiet, de Scali Delpeyrat (Actes Sud-Papiers, 72 p., 13,50 €). Royan, de Marie NDiaye (Gallimard, 72 p., 9,50 €).