Source : Irina Brook, l’engagée, Les Echos Week-end

photo : BRUNO BEBERT

Théâtre : Faire « un théâtre ouvert sur l’horizon ». Pour servir cette vaste ambition, qu’elle s’est fixée depuis qu’elle a pris la direction du Théâtre national de Nice (TNN) il y a plus de trois ans, Irina Brook s’appuie avant tout sur les textes. L’essentiel, souligne- t-elle, est d’en trouver « qui racontent ce qu’on veut raconter, qui soient des porte-paroles de ce qu’on a à dire ». Et peu importe que leurs auteurs soient connus ou pas. Côté « classiques », les spectateurs peuvent, jusqu’à ce week-end, se confronter à Shakespeare, dans le cadre d’un festival qui aura duré trois semaines en tout. Le Songe d’une nuit d’été revisité et réinterprété par des collégiens et lycéens, Le Conte d’hiver sublimé par la merveilleuse troupe « so british » du metteur en scène londonien (né de parents irlandais) Declan Donnellan… « Il y a tout dans Shakespeare », s’exclame Irina Brook, regrettant toutefois qu’en France il « reste un auteur anglais et ne soit pas devenu « notre » auteur, comme très souvent dans les autres pays ».

Responsabilité éthique

En programmant également des auteurs plus contemporains que Shakespeare, Dostoïevski ou Cervantès, la directrice du TNN s’inscrit tout autant dans ce qu’elle tient pour « la responsabilité civique et éthique » du théâtre. Nombreux sont les thèmes majeurs qu’elle souhaite ainsi partager, ou autour desquels elle tente de rassembler : l’environnement, la liberté, les droits de l’homme, « les vilenies du monde »… Les migrations, aussi, dont il est question dans Lampedusa Beach, de l’Italienne Lina Prosa. Écrit dans une langue crue mais d’« une poésie à la fois contemporaine et épique », selon les mots d’Irina Brook, ce monologue de 2004 reste d’une actualité brûlante. Et tire aussi sa force de l’interprétation puissante de Romane Bohringer. En mars, pendant que la comédienne sera en tournée, Lampedusa et les migrants seront de nouveau à l’affiche au TNN avec Esperanza, de l’écrivain algérien Aziz Chouaki.

Lorsqu’elle n’était encore « que » metteure en scène et directrice de compagnie, la fille de Peter Brook et de l’actrice Natasha Parry venait régulièrement se produire à Nice, figurant depuis parmi ses « très très bons souvenirs ». Pour celle qui se rêvait révolutionnaire quand elle était petite, ouvrir l’horizon passe aussi par une plus grande proximité avec le public. Conférences, débats, projections, stages pour ados, visite des coulisses, ateliers pour enfants… les occasions ne manquent pas, tout au long de la saison, pour toucher le plus de monde possible.

Théâtre National de Nice. Programme et réservations : www.tnn.fr ou 04 93 13 90 90.

Marianne Bliman