Marc Zinga.
Marc Zinga. – Crédits photo : MF/ABACA

Source : Le Figaro Premium – Marc Zinga, le discret

 

PORTRAIT – Comédien, chanteur, d’Aimé Césaire à James Bond, du théâtre au cinéma, en passant par la télévision, son talent s’impose.

Afrique! Aide-moi à rentrer, porte-moi comme un vieil enfant dans tes bras.» Ainsi parle le souverain défait à la fin de La Tragédie du roi Chistophed’Aimé Césaire. Et si l’action se passe à Haïti, c’est bien aussi du continent noir qu’il est question dans cette pièce. L’un des chefs-d’œuvre de la littérature d’expression française du XXe siècle dans lequel joue Marc Zinga, sur la scène du Théâtre des Gémeaux, à Sceaux. Le spectacle, mis en scène par Christian Schiaretti, a été créé au Théâtre national populaire (TNP) de Villeurbanne. Sur le plateau, plus de quarante comédiens, musiciens, chanteurs, pour la plupart venus d’Afrique ou originaires d’Afrique.

«Vers 16-17 ans, j’ai réfléchi. J’avais peur, en devenant acteur, d’être cantonné dans des rôles peu intéressants»

Marc Zinga

Comme Marc Zinga, trente-deux ans, né au Zaïre (devenu République démocratique du Congo), de nationalité belge. Un comédien exceptionnel déjà applaudi dans une autre grande œuvre d’Aimé Césaire, Une saison au Congo. «Je mesure la chance que j’ai. Mes premiers pas au théâtre, en France, se sont faits au TNP, entouré d’une troupe formidable, dirigé par un metteur en scène qui est une des personnalités qui compte le plus pour moi, et pour servir des œuvres composées dans une langue magnifique et qui ont à voir avec l’Afrique.» Il garde de cette Afrique où il est né, et a vécu jusqu’à cinq ans, des souvenirs émus. Évoque «ces heures passées dehors, le grand air, les nuits autour du feu à chasser les sauterelles avec les copains», mais aussi «la chaleur de la famille et des tombées de la nuit comme il n’y en a pas en Europe.» «J’avais déjà envie de raconter des histoires, tout m’était bon», dit-il. Profession griot, en quelque sorte, le jeune Marc qui aimait déjà voir, raconter. Et ses premiers souvenirs de Belgique? «Nous avons d’abord vécu à Ostende. La mer du Nord, grise, le vent, l’air très vif… C’était un véritable changement», glisse-t-il en souriant et en précisant être resté «très proche de la famille de Wilhelm Vermandere, un artiste multidisciplinaire», auteur-compositeur-interprète flamand qui est aussi connu pour son travail de sculpteur. «Je fréquentais beaucoup son atelier près de Furnes, j’étais fasciné par son établi de musicien-plasticien… Cela m’a influencé profondément. Il y a une atmosphère particulière, à Ostende. Dans mes souvenirs, il y a aussi Arno, que j’avais croisé sans me rendre compte de sa notoriété…»

Curiosités plurielles

Mais c’est en arrivant à Bruxelles, où il vit toujours, que Marc Zinga se rapproche de ce qui devait être sa voie. Il suit les cours d’un conservatoire de quartier. «Une académie» comme on dit là-bas et il a alors la révélation profonde du théâtre grâce à des «professeurs remarquables, comme Philippe Van Latthen.» Autre personnalité déterminante, Christine De Spot. Il découvre Ghelderode grâce à elle.

«Quand la directrice du casting m’a vu, me scannant, littéralement, elle m’a dit : ‘tu pourrais passer l’audition pour Mobutu’»

«Cette langue, cet univers, m’a profondément impressionné», avoue cet amoureux du style. Il ne se contente pas de cela et suit aussi de très rigoureux cours individuels de diction auprès de Christian Labo. Mais Marc Zinga, avec beaucoup de sagacité, s’interroge. «Vers 16-17 ans, j’ai réfléchi. J’avais peur, en devenant acteur, d’être cantonné dans des rôles peu intéressants.» Il entre alors dans une école de cinéma, l’IAD de Louvain-la-Neuve, où il apprend, deux ans durant, à faire des films. Tourner, monter, diriger, tout l’intéresse. Mais c’est la musique qui va l’emporter. Il pratique la guitare en amateur et rencontre «un guitariste de génie». Il se fond alors dans un groupe, The Peas Project, de 2001 à 2011. «Nous étions neuf, dans une cave, à faire du funk mais aussi du classique, du jazz, du rap, du rock, du folk!» Ils enregistrent plusieurs disques avant une dissolution réfléchie. Marc Zinga est désormais libre pour le cinéma et le théâtre.

Plus que les films qu’il a tournés, cet homme à l’intelligence vive, à la culture profonde, aux curiosités plurielles, évoque son chemin selon les rencontres qu’il a pu faire. Pour le théâtre, donc, Schiaretti. Auparavant, il avait eu quelques expériences. Pour Mister Bob, il s’était présenté à un casting, à Paris, cherchant des comédiens d’origine africaine «Quand la directrice du casting m’a vu, me scannant, littéralement, elle m’a dit: “Tu pourrais passer l’audition pour Mobutu”. J’ai fait celui qui n’était en rien impressionné… J’ai fait un bout d’essai et Thomas Vincent m’a engagé. J’étais sur un nuage, lorsque je suis rentré à Bruxelles. Le tournage s’est déroulé en Afrique du Sud. Clovis Cornillac a été formidable de douceur, de finesse, de professionnalisme.» Cela lui a ouvert les portes de la télévision, notamment avec la série Engrenages.

Côté cinéma, où il est désormais bien connu, il cite Benoît Mariage pour Les Rayures du zèbre. Avec Abd Al Malik, c’est un frère qu’il trouve. Il le choisit pour incarner son propre «personnage» dans le film qu’il tire de son beau livre Qu’Allah bénisse la France. «Dès la poignée de mains, j’ai senti la sagesse et l’amour en cet homme. Ce fut une rencontre poignante, fulgurante, lumineuse. Nous avons cimenté, par le travail, une véritable fraternité.» Pour tous les deux, le film marque un palier: leur entrée dans le monde du cinéma français, et la chance d’être nommé pour les César. Ensuite, c’est Sam Mendès, qui l’engage pour un James Bond 007, Spectre avec Daniel Craig. Il joue le lieutenant du méchant! Une vraie composition pour cet homme fin et très doux, discret et pudique et qui voit bien au-delà des apparences, comme les grands griots de sa belle Afrique. Juste avant de jouer à Villeurbanne, il a tourné un nouveau film, Nos patriotes, de Gabriel LeBomin, qui raconte la vie de Mamadou Addi-bah, un tirailleur qui a sauvé beaucoup de monde pendant la guerre. Une belle histoire comme Marc Zinga aime en raconter, une façon de jeter un pont entre Afrique et Europe, ce qu’il fait au quotidien.


BIO EXPRESS

1984 Naissance au Zaïre.

1989 Arrive à Ostende (Belgique).

2003-2011 Chanteur du groupe de funk The Peas Project.

2011 Joue Mobutu dans le film Mister Bob.

2014 Joue dans Qu’Allah bénisse la France.

2015 Joue Lumumba dans Une saison au Congo d’Aimé Césaire.

2017 Au théâtre dans La Tragédie du roi Christophe et tourne Nos patriotes.