« Trissotin ou les Femmes savantes » de Molière

­
15 12/2015

Macha Makeieff, auteur et metteur en scène | France Inter

mardi 15 décembre 2015|Catégories: Spectacle Vivant|Mots-clés: , , |

L’Humeur Vagabonde reçoit Macha Makeieff, auteur et metteur en scène, pour sa nouvelle création « Trissotin ou les Femmes Savantes » de Molière, au théâtre La Criée à Marseille jusqu’au 17 janvier 2016

Source : France Inter

19 11/2015

Mariez-vous à Molière et à Makeïeff ! | France Inter

jeudi 19 novembre 2015|Catégories: Spectacle Vivant|Mots-clés: , , |

Sa mise en scène de « Trissotin ou les femmes savantes » de Molière a repris hier au Théâtre Gérard Philipe de Saint Denis, deux jours après son interruption suite aux attentats du 13 Novembre. Macha Makeïeff est l’invitée d’Augustin Trapenard.

Source : France Inter

16 11/2015

« Les Femmes savantes » déchaînées de Macha Makeïeff | Les Echos Week-end

lundi 16 novembre 2015|Catégories: Spectacle Vivant|Mots-clés: , , |

Rien ne va plus dans cette famille bourgeoise top moderne. La fille cadette, Henriette, fait la fête avec son amant Clitandre. La mère, Philaminte, se gave de sciences et de poésie – entraînant dans son addiction frénétique sa fille aînée, Armande, et sa belle-soeur lubrique, Bélise. De conversations pédantes en expériences chimiques, elles semblent avoir avalé leurs cornues et être sous influence psychotrope. Martine – la bonne -, avant d’être renvoyée pour inconvenance grammaticale, fait la loi (domestique). Quant au père de famille, Chrysale, il est complètement dépassé et pusillanime.

Décors et costumes seventies

Macha Makeïeff a fait un sort aux « Femmes savantes » de Molière en transposant la pièce de 1672 dans l’effervescence des années 1970 – et le résultat est probant. La directrice de La Criée à Marseille conserve le côté acide de la comédie, mais dissout son côté misogyne en plaçant les deux sexes sur le même pied d’hystérie et d’angoisse. Le décor acidulé, les costumes seventies offrent aux regards un patchwork coloré. Les alexandrins de Molière sonnent à l’oreille comme des refrains moqueurs. La « Cité des femmes » fait vaciller la loi des hommes, au fil des gags et des airs baroques-pop savamment distillés.

Macha Makeïeff a baptisé son spectacle « Trissotin ou les Femmes savantes ». C’est bien le triple sot qu’on attend et qui se fait désirer (comme Tartuffe) jusqu’à l’acte III. Surgit alors, pour incarner ce parangon de pédantisme, une folle créature, mix de John Galliano et de Conchita Wurst, qui fait basculer la comédie dans une transe burlesque. Geoffroy Rondeau est saisissant de drôlerie dans ce rôle. Mais il n’est pas le seul à provoquer le rire : Marie-Armelle Deguy (Philaminte) démontre son génie comique en ogresse philosophe. Thomas Morris campe une irrésistible Bélise transgenre. Et Karyll Elgrichi dépote en Martine, servante virago, vraie-fausse soumise à l’ordre masculin…

La distribution est sans fausse note. Chacun joue avec la même intensité la carte de la farce et de la cruauté – hommes et femmes au bord de la crise de nerf, à force de vouloir tout contrôler. C’est d’ailleurs sur une note sombre que se termine ces « Femmes savantes ». Des femmes débarrassées de leur mascotte parasite, Trissotin, mais condamnées à dire adieu à leurs illusions.

Rien ne va plus dans cette famille bourgeoise top moderne. La fille cadette, Henriette, fait la fête avec son amant Clitandre. La mère, Philaminte, se gave de sciences et de poésie – entraînant dans son addiction frénétique sa fille aînée, Armande, et sa belle-soeur lubrique, Bélise. De conversations pédantes en expériences chimiques, elles semblent avoir avalé leurs cornues et être sous influence psychotrope. Martine – la bonne -, avant d’être renvoyée pour inconvenance grammaticale, fait la loi (domestique). Quant au père de famille, Chrysale, il est complètement dépassé et pusillanime.

Source : Les Echos Week-end

13 11/2015

Macha Makeieff invitée de Frédéric Taddéi pour Les Femmes Savantes | Europe 1 social club

vendredi 13 novembre 2015|Catégories: Spectacle Vivant|Mots-clés: , , |

Source : Europe 1 social club

 

13 11/2015

­Décors vintage et costumes fluo : Macha Makeïeff embarque Molière dans les sixties | Arts et scènes | Télérama.fr

vendredi 13 novembre 2015|Catégories: Spectacle Vivant|Mots-clés: , , |

Dans cette version épatante des “Femmes Savantes”, on redécouvre les pulsions de vie secrètes de Molière, bien au-delà de son machisme présumé.

Source : ­ Télérama

13 11/2015

Trissotin ou les Femmes savantes, version pop baroque de Macha Makeieff | Sceneweb

vendredi 13 novembre 2015|Catégories: Spectacle Vivant|Mots-clés: , , |

Macha Makeïeff fait swinguer les alexandrins de Molière en pleine révolution hippie ! Sa version colorée de la pièce de Molière, « Les femmes savantes » est emmenée par une belle troupe de comédiens survoltés !

Molière avec des robes à fleurs et des pantalons « patte d’éléphant » ! Macha Makeïeff place l’action de la comédie de Molière à la fin des années 60, début des années 70. C’est l’après mai 68, le temps du power flower. Philaminte (exquise Marie-Armelle Deguy) et sa belle-sœur Bélize tentent de s’émanciper des hommes et se lancent dans toutes sortes d’expériences chimiques, plus drôles les unes que les autres. Macha Makeïeff a confié le rôle de Bélize au ténor Thomas Morris, irrésistible dans ce rôle de vieille dame érotomane qui s’extasie lorsque de la fumée en forme de pénis monte dans les éprouvettes !

Une grande vague de bonheur submerge le plateau. Nous sommes chez Molière par la langue, mais aussi un peu chez Feydeau par le rythme imposé sur le plateau et le va et vient incessant des comédiens qui ne se ménagent. Macha famille Macha Makeïeff. A composé une famille totalement timbrée ! Chacun en prend pour son compte. C’est délicieusement bien croqué et caricaturé.

Ces femmes savantes tombent sous le charme d’un usurpateur, Trissotin, qui est ici une sorte de gourou sectaire, androgyne, mélange de Jésus Christ allumé et de Conchita Wurst. Geoffroy Rondeau est à la fois inquiétant et d’une douceur exquise qui fait craindre le pire. Dans cette version pop et baroque de la comédie de Molière, le rire l’emporte dans un mélange des genres absolument réussi.

Source : sceneweb

9 11/2015

Macha Makeïeff & Elie Wajeman : Femmes savantes et amours anarchistes | Podcast France Culture

lundi 9 novembre 2015|Catégories: Spectacle Vivant|Mots-clés: , , , |

Théâtre National de Marseille La Criée - «Trissotin ou les femmes savantes» de MolièreAu programme de Ping Pong ce soir Femmes savantes et amours anarchistes avec Macha Makeïeff, qui met en scène « Trissotin ou les Femmes Savantes » de Molière au Théâtre Gérard Philippe à Saint Denis puis en tournée (Créteil, La Criée à Marseille…).


Source : France Culture

21 09/2015

Interview de Macha Makeïeff | Journal La Marseillaise

lundi 21 septembre 2015|Catégories: Spectacle Vivant|Mots-clés: , , |

Macha Makeïeff, la directrice de la Criée, nous parle de la programmation de cette saison, de « Mise à feu ! » et de Molière.

Tout d’abord, pourquoi avoir appelé cette journée portes ouvertes « Mise à feu ! » ?

(rires) Je trouvais assez heureux de commencer par l’idée qu’un théâtre, dans le bon sens du terme, s’embrase de plein d’étonnement, de beauté, de spectacles surprenants d’artistes extrêmement variés. Quelque chose d’une réjouissance, de chaleureux, aussi quelque chose qui s’illumine sur le Vieux-Port, comme un repère. C’est une grande journée qui va inaugurer la saison, aujourd’hui, une journée absolument ouverte à tous quel que soit l’âge, même si on n’a pas l’habitude de fréquenter cette maison, c’est une journée gratuite mais c’est aussi une journée d’initiation artistique que ce soit par le dessin, le théâtre, la langue de Molière.

Quelles seront les activités proposées ?

Il y aura un atelier sur l’alexandrin, une répétition publique d’Emio Greco, on sera en contact avec des danseurs des performances, une initiation maquillage pour les enfants, aussi un parcours avec Philippe Fenouic dans les coulisses et dans la partie du théâtre où le public n’a pas accès dans les dédales de nos couloirs avec des improvisations auxquelles le public est convié à participer. C’est pour être en contact avec ce qui fabrique le théâtre, avec les artistes eux-mêmes, c’est une expérience très importante. C’est la Journée du patrimoine aussi parce que l’architecte Romain Barelli va expliquer le geste architectural de ce hall. Aller voir comment fabriquer un théâtre, les dessous, les coulisses, c’est du patrimoine mais c’est aussi une maison de théâtre.

Quelle sera la programmation de cette saison ?

Les programmations sont toujours traversées par des thèmes. Il y a deux thèmes importants et des créations, nous sommes avant tout un théâtre de création : il y a Animal ! Animal ! autour d’un spectacle avec des grues grises de Luc Petton où des danseurs font une chorégraphie avec de grands oiseaux magnifiques et nous en profiterons aussi pour avoir toutes une suite de débats avec Isabelle de Fontenay, un partenariat avec le Monde, de réflexions avec des historiens, avec des philosophes autour de ce qu’est l’animal par rapport à l’humain.

C’est-à-dire ?

C’est à la fois un sujet philosophique mais aussi accessible à chacun d’entre nous. C’est quelque chose qui m’importait que l’on aborde ici dans ce théâtre parce que c’est révélateur. Il n’y a pas plus important que l’animal pour être le révélateur de l’humain, de notre cœur humain. Le deuxième thème « Voyous Voyouses » autour de Jean Genet, des Cantates policières. C’est Arthur Nauzyciel qui a monté Splendid’s avec des acteurs américains, c’est quelque chose de très fort, de très beau, un texte qui aujourd’hui résonne de façon très puissante. Et puis les Cantates policières qui est une création du théâtre musical en collaboration avec l’opéra, là aussi avec une écriture littéraire, une création littéraire, création musicale aussi, une collaboration entre le théâtre et la musique comme je l’aime comme je la souhaite dans cette maison. Il faut venir voir les spectacles avec l’idée d’être étonné, d’être bousculé même. Je dirige un centre dramatique national et je suis tenue au bonheur de faire un spectacle par saison. Cette année c’est Trissotin ou Les Femmes savantes de Molière.

Justement, adapter cette pièce dans le contexte actuel où la place de la femme en société est toujours en mutation, pourrait-on parler d’acte militant ?

(rires) Oui vous avez raison, je pense que tout acte artistique a forcement une volonté de faire passer quelque chose qui est à la fois intime et universel. Il est vrai que ça a traversé ma vie de femme mais, en même temps, c’est de faire entendre que Molière, dans un langage poétique, est tellement drôle et il aborde des sujets très puissants qui traversent évidemment la société d’aujourd’hui, plus que jamais.

La Criée a récemment subi des transformations architecturales. En quoi étaient-elles nécessaires ?

C’était important à plus d’un titre. D’abord parce qu’il y avait un problème d’amiante il n’était pas question d’abandonner une si belle maison, une si belle équipe à ce poison, la page est tournée, on a désamianté les espaces publics. La deuxième chose c’est que, moi je suis pour la beauté, cette ville change, elle est traversée par un urbanisme magnifique, continu, donc je pense que c’est une réponse artistique aussi que de faire intervenir un architecte dans un théâtre. Et troisièmement, c’était aussi mon projet, pour cette maison que d’avoir un hall qui soit comme le troisième lieu artistique de la maison puisqu’on a une grande salle de presque 800 places, une petite salle de presque 300 places et puis on a désormais un espace où on peut y faire des performances, proposer des expressions plastiques, de la photographie, des images, toutes formes d’images mais aussi des spectacles dont le format ne se propose pas à nos salles. Ca permet d’accueillir de belles expositions. Notre ambition c’est de faire un théâtre pour chaque citoyen.

Source : Journal La Marseillaise

12 06/2015

Macha Makeïeff embarque ses Femmes Savantes en tournée | FranceTV Info

vendredi 12 juin 2015|Catégories: Spectacle Vivant|Mots-clés: , , |

Crée au Théâtre antique de Fourvière cet été, « Trissotin ou les femmes savantes » débute sa tournée au CDN d’Orléans le 29 septembre 2015 et part ensuite dans toute la France jusqu’au mois de mars 2016. Tombée entre les mains de Macha Makeïeff, la pièce de Molière prend un sérieux coup de botox.

Source : FranceTV Info