Spectacle Vivant

­

4 metteurs en scène associés

,

L'histoire s'écrit au présent et se vérifie au futur. Il est indispensable de faire des propositions concrètes aux deux préoccupations majeures de notre temps : la formation et la transmission. C'est ainsi que Christian Schiaretti a demandé à quatre jeunes metteurs en scènes de rejoindre l'équipe du TNP. Dès à présent, et tout au long des années à venir, ils accompagneront la marche du théâtre, technique, administrative, relationnelle, partageant le savoir, permettant de penser sa propre vérité, de grandir en connaissance de cause.


Lire plus >

« Les Autres » de Jean-Claude Grumberg

,

Les Autres est un spectacle constitué de quatre pièces courtes écrites par Jean-Claude Grumberg : Michu, Les Vacances, Rixe, et La Vocation. Ces pièces donnent à voir une famille : un père, une mère et deux fils. Comme il se doit, c’est le père qui mène la barque, c’est lui qui ordonne, sanctionne, exige et décide. Il a certainement le droit de vie et de mort sur les siens, mais aussi et surtout sur les « autres ». Ce sont « les autres » qu’il hait le plus. Qui sont-ils ? Les bicots, les négros, les teints basanés… Ce sont ces autres-là venus d’ailleurs qui lui volent son travail et son pain. Si notre homme est ainsi tendu, souvent vulgaire et agressif, c’est parce qu’il est terrorisé, rongé par une fièvre obsidionale : l’ « autre » est un inconnu, et l’inconnu, c’est bien connu, fait peur. Evidemment, les vacances qui lui font quitter la France, qui l’éloignent de son nid, l’insupportent. La cuisine des « autres » le rend malade. Notre homme n’aime pas aller loin.


Lire plus >

« Lucrèce Borgia » de Victor Hugo

,

Lucrèce Borgia c’est le chef d’oeuvre en prose de Hugo. Un théâtre populaire, riche en émotions et en rebondissements. D’inspiration shakespearienne, il relate l’histoire d’une mère incestueuse, Lucrèce, qui voudrait sauver son fils qui lui ne la connaît pas. L’amour comme vertu pour effacer les crimes des pères. Lukrecia Borxhia est aussi une pièce politique où les destins des individus rencontre la réalité politique. Histoire de corruption, d’assassinats, de meurtres et d’empoissonnements dans l’Italie du XVe siècle.


Lire plus >

« Ubu Roi (ou presque) » de Alfred Jarry

,

La matière première de cet Ubu est la « merdre », littéralement mise au plateau. Car derrière les oripeaux du pouvoir dont se couvre Ubu se cache un désir, somme toute terriblement humain, de dévoration et de digestion du monde.


Lire plus >

Festival Arte Flamenco 2017

, ,

Arte Flamenco, c’est l’opportunité pour les Landes et tous ses habitants de partager un temps fort marqué par son exigence artistique, sa convivialité et son aspect festif. C’est toute une ville qui vibre au son et au rythme du Flamenco – art reconnu patrimoine de l’humanité par l’Unesco –, au travers de scènes réparties dans la ville, d’animations portées par les acteurs du festival Off qui s’étoffe encore cette année.


Lire plus >

« Les Intrépides »

,

Depuis trois ans, à l’initiative de Denise Chalem, première Vice-présidente de la SACD, Les Intrépides mettent les femmes sur le devant de la scène. Pour cette 3e édition, la SACD a passé commande de formes courtes, à six autrices sur le thème du “Courage”. Les textes seront interprétés de manière ludique par leurs autrices dans une mise en espace de Catherine Schaub.


Lire plus >

« Bouvard et Pécuchet » de Gustave Flaubert

,

Ils sont émouvants, tendres et drôles, Bouvard et Pécuchet, les deux cloportes, porteurs de tous les poncifs que Flaubert envoie à la bataille pour qu’ils éprouvent leur savoir, pour mieux régler ses comptes avec la bêtise de ses contemporains. Redresseurs de torts, convaincus de l’imbécillité de la marche du monde et imbéciles eux-mêmes, ils vont pouvoir grâce à un don du ciel, réaliser le rêve de leur vie. Stéréotypes, clichés, idées toutes faites, préjugés en tout genre, stupidités et idioties, voilà leurs bagages.


Lire plus >

« Le Temps et la chambre » de Botho Strauss

,

Olaf et Julius, un couple de sceptiques qui pratiquent la sagesse, décrivent une jeune femme qui passe dans la rue. C’est Marie Steuber qui, parce que le théâtre le décide, arrive dans leur appartement, suivie d’autres personnages, l’impatiente, l’homme sans montre, la femme sommeil portée par l’homme au manteau d’hiver, et le parfait inconnu. Dans cette première partie, ils sont tous pris dans un mouvement aléatoire qui les fait se rencontrer et les sépare, dans un temps décousu souvent tourné vers un passé lointain ou proche. Dans la deuxième partie, composée de courtes scènes, Marie Steuber engage avec les hommes de la première partie, sauf Julius, une relation accélérée. Son passé recomposé à travers ces fragments qui suivent un ordre chronologique, dans ce lieu où même les colonnes prennent la parole ?


Lire plus >

2e édition des Voix d’Orléans / Rencontres de la Francophonie

, ,

En 2017, la 2e édition des Voix d’Orléans portera sur les notions de frontières, Monde ouvert, territoires fermés. 35 intellectuels et artistes, originaires de 22 pays, ont accepté d'exprimer leur voix à Orléans. Cette 2e édition accueillera 35 intellectuels francophones, provenant de 22 pays du monde, qui tenteront de nous éclairer de leurs expériences et travaux politiques, géographiques, sociologiques, philosophiques ou artistiques, quant aux nouvelles tentations de repli sur soi dans un monde pourtant de plus en plus ouvert et communiquant.


Lire plus >

Festival Jeune et Très Jeune Public 2017

, ,

Le Festival Jeune et Très Jeune Public, organisé par la Ville de Gennevilliers et l’association Enfance et musique, propose plus de 35 spectacles, et aussi des rencontres professionnelles, ateliers, expositions, conférences en chansons autour de la culture et de la création jeune public. Le Festival qui a lieu tous les 2 ans offre une diversité de propositions artistiques, sources d’émancipation individuelle et collective des tout-petits et de leur famille dans la vie sociale, et se définit comme un rendez-vous citoyen qui donne toute sa place aux enfants dès le plus jeune âge.


Lire plus >

« La Tragédie du roi Christophe » de Aimé Césaire

,

La pièce s’ouvre sur un combat de coqs, réjouissance populaire haïtienne. Puisque les politiciens se querellent comme des coqs, le peuple s’amuse à les personnifier: l’un représente Alexandre Pétion, l’autre Henri Christophe. En 1806, ces deux hommes se disputent la succession du régime tyrannique de Dessalines. Fable politique, cette pièce se penche sur un passé qui regorge d’échos à notre présent : comment ne pas reconnaître, derrière ces hommes qui conservent les noms légués par leurs anciens despotes, les souffrances d’un monde encore malade ? Césaire entrechoque dans un même souffle l’échec d’un roi et le devenir d’un pays, les contradictions d’un homme et l’élan lyrique d’une dignité retrouvée.


Lire plus >

« Hôtel Feydeau »

,

Quelques variations d’une drôlerie sauvage sur le couple bourgeois comme jeu de massacre. Plus féroce que jamais, le maître du vaudeville y détaille les étapes menant de la première grossesse jusqu’aux ultimes soubresauts des unions en déconfiture. Georges Lavaudant a puisé dans les dernières comédies de Feydeau les éléments d’une traversée crépusculaire et hilarante : entre cauchemar et haute voltige verbale, homme contre femme, enfant contre parents, maîtres contre domestiques – tous contre tous et chacun pour soi.


Lire plus >

« Brancusi contre Etats-Unis »

,

En octobre 1927 s’ouvre à New York, à l’initiative de Marcel Duchamp, le procès opposant Constantin Brancusi à l’État américain. Il s’agissait pour l’artiste de prouver que sa sculpture intitulée Oiseau dans l’espace, qui venait d’être lourdement taxée à l’importation par les douanes américaines en tant qu’objet utilitaire, était bel et bien une oeuvre d’art et, comme telle, devait être exonérée de droits de douanes. La justice américaine finit par donner raison à Constantin Brancusi, amenant à une définition juridique plus large de l’oeuvre d’art, qui inclut dorénavant les courants conceptuel et minimaliste.


Lire plus >

« On Achève Bien Les Anges (Elégies) » – Reprise septembre 2016

,

Dans un espace unique - on songe au fond d'un volcan - Bartabas revient sur scène et nous livre une fascinante rêverie équestre et poétique. Pour cette nouvelle création, il redescend dans l'arène tel un archange déchu depuis son purgatoire. Avec ce nouveau spectacle, le treizième en trente ans, Zingaro poursuit sa quête indomptable, équestre et poétique, dans l’inconnu. Le rire souvent va aussi l’amble en cette fosse aux chimères chaque fois réinventée, où des clowns blancs aux allures de bouchers s’agitent sur des airs populaires.


Lire plus >

« Une Saison au Congo » de Aimé Césaire

,

Aimé(er) Césaire aujourd’hui : Une Saison au Congo est une aventure basée sur l’échange, l’ouverture et un travail collectif.

Une trentaine de comédiens sur le plateau :
Neuf comédiens d’origine africaine.
Six comédiens issus du collectif burkinabé Béneeré.
Trois comédiens de la troupe du TNP.
Deux comédiens de la Maison des comédiens du TNP.
Quinze figurants recrutés dans l’agglomération lyonnaise pour une choralité scénographique.


Lire plus >

« Le Silence de Molière » de Giovanni Macchia

,

Le Silence de Molière fait partie de ces œuvres qui nous font pénétrer dans le secret d’une vie. Esprit-Madeleine était la fille de Molière et d’Armande Béjart. Si son existence fut bien réelle, on sait très peu de choses sur sa vie, sinon qu’elle choisit de fuir la scène, d’échapper à son destin pour se murer dans la solitude et un étrange silence. Enfant, elle refusa de jouer ce personnage de Louison, que son père avait écrit spécialement pour elle dans Le Malade imaginaire, comme si la vérité du plateau était une souffrance difficilement supportable.


Lire plus >

« Trissotin ou les Femmes savantes » de Molière

,

Grande comédie de mœurs sur les dévoiements du bel esprit, satire de la préciosité extrémiste, dénonciation du pédantisme alors figure obligée des ouvrages engagés autour de la « nouvelle science », Trissotin ou les Femmes savantes est le titre donné à la pièce de 1672 par Molière dès la reprise du spectacle. C’est dire le rôle central du poète flagorneur et hypocrite.


Lire plus >

Festival Arte Flamenco 2016

, ,

Pour cette 28e édition, la programmation de Arte Flamenco étincelle dès l’ouverture. L’Artiste conviée brille de tous ses feux, sur les plus belles scènes du monde. Elle s’appelle SARA. A nous de vous émerveiller toute la semaine avec nos présents, faits de répertoires et de découvertes : Santiago Lara à la guitare et Patricia Guerrero au baile, les figuras du cante - El Lebrijano - et de la guitare – Riqueni -, le mano a mano des danseurs de renom Canales y Grilo, sans oublier les doigts de Dorantes dansant sur les touches du piano. Une fête du Flamenco où vous pourrez profiter jusqu’au bout de la nuit, vivre Mont-de-Marsan l’Andalouse, le temps d’une semaine culturelle et artistique où nous vous retrouverons avec joie.


Lire plus >

« Le Rosaire des voluptés épineuses »

,

Dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier 1954, Rodanski a ponctué sa vie en deux moitiés définitives : vingt-sept ans hors de l'asile puis vingt-sept ans au-dedans, jusqu'à sa mort en 1981. Quelques amis ne l'oublient pas. Dès 1966, les publications de textes devenus introuvables ou d'inédits se succèdent. Parmi ces derniers, Le Rosaire des voluptés épineuses clôt le recueil Des Proies aux chimères, qui paraît en 1983.


Lire plus >

« La Dernière Bande » de Samuel Beckett

,

Chaque année, le jour de son anniversaire, Krapp enregistre un compte rendu détaillé de son état et de ses agissements durant l'année écoulée. Chaque fois, il écoute l'une ou l'autre des bandes enregistrées des dizaines d'années auparavant, et il la commente. C'est dans cet éternel retour à son passé que réside maintenant sa seule lumière. Krapp, qui jadis déclarait ne plus rien vouloir de ce qu'il avait vécu, ne peut aujourd'hui exister que s'il parvient à être de nouveau ce qu'il fût : “Sois de nouveau, sois de nouveau.” Il lui faut surtout être encore celui qui, “quand il y avait encore une chance de Bonheur”, a vécu un instant d'amour.


Lire plus >

« Qui a peur de Virginia Woolf ? » d’Edward Albee

,

Martha, fille du doyen de l’Université, et son mari George, professeur, invitent à l’issue d’une réception un jeune professeur de biologie et sa femme à boire un dernier verre. George et Martha vont jouer à mettre en scène leur rapport et leur drame devant le jeune couple, progressivement aspiré malgré lui dans ce qui va devenir un tourbilon, qui ne s’arrêtera qu’une fois les dernières illusions détruites.


Lire plus >

« Terre Noire » de Stefano Massini

,

La pièce nous embarque dans une bataille psychologique digne d’un thriller hollywoodien : celle d’une femme seule contre les multinationales impitoyables. En trente et un tableaux, Stefano Massini campe l’histoire réelle et terrible d’un couple de paysans sud-africains devenus le jouet de grandes firmes. Il construit l’intrigue avec brio, comme un puzzle sombre et subtil. Irina Brook s’empare de ces scènes intenses et morcelées pour reconstruire, à travers un théâtre d’actualité, l’image d’un monde en péril où l’humanité perd sa place face au pouvoir de l’argent.


Lire plus >

Ouverture du Conservatoire de Musique Edgar-Varèse de Gennevilliers

,

En janvier 2016, après deux ans de travaux, sera inauguré le Conservatoire à rayonnement Départemental de musique et de danse Edgar Varèse de Gennevilliers, nouvel établissement pour lequel la Ville de Gennevilliers a investi 14 M d’euros. En septembre 2015, Madame Fleur Pellerin, Ministre de la Culture et de la Communication a signé avec la Ville un Pacte Culturel, engageant les deux parties à ne pas réduire leurs budgets respectifs en faveur de la culture au cours des 3 années à venir.


Lire plus >

Festival « Réveillons-nous ! »

, ,

Le théâtre se mobilise pour la planète autour de la COP 21. Le climat n’est plus un sujet spécialisé. Il englobe tout. Quand on parle de climat, on parle de tout. On ne peut parler de climat sans parler d’économie, d’économie sans parler d’éducation, d’éducation sans parler d’humanité, d’humanité sans parler de religion et de spiritualité. Sous le mot climat, c’est de nous qu’il s’agit, de toute notre humanité. C’est autour de cette thématique que le Théâtre National de Nice a choisi de marquer un temps fort dans sa saison avec un festival présentant des spectacles de théâtre, de danse, des conférences avec des invités tels que Hubert Reeves, Mélanie Laurent, Vandana Shiva, Coline Serreau ou Marie-Monique Robin…, mais aussi avec des projections de films, des expositions, des ateliers pédagogiques.


Lire plus >

« Bettencourt Boulevard » de Michel Vinaver

,

Bettencourt Boulevard dont le sujet est tiré de l’actualité la plus brûlante rassemble, chemin faisant, les éternels composants des légendes et des mythes. Les auteurs de la Grèce ancienne faisaient parfois intervenir, pour clore leurs pièces, un dieu ou une déesse. Dans le cas de l’affaire dite Bettencourt, l’issue, incertaine, est dans les mains de l’appareil de justice auquel s’adjoignent les ressources de l’expertise médicale. Ce qui intéresse Michel Vinaver est son présent mais aussi son passé, ses racines dans l’histoire de France des cent dernières années et ses prolongements où l’intime, le politique et l’économique se mêlent indissolublement.


Lire plus >