Spectacle Vivant

­

« Le Rosaire des voluptés épineuses »

,

Dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier 1954, Rodanski a ponctué sa vie en deux moitiés définitives : vingt-sept ans hors de l'asile puis vingt-sept ans au-dedans, jusqu'à sa mort en 1981. Quelques amis ne l'oublient pas. Dès 1966, les publications de textes devenus introuvables ou d'inédits se succèdent. Parmi ces derniers, Le Rosaire des voluptés épineuses clôt le recueil Des Proies aux chimères, qui paraît en 1983.


Lire plus >

« La Dernière Bande » de Samuel Beckett

,

Chaque année, le jour de son anniversaire, Krapp enregistre un compte rendu détaillé de son état et de ses agissements durant l'année écoulée. Chaque fois, il écoute l'une ou l'autre des bandes enregistrées des dizaines d'années auparavant, et il la commente. C'est dans cet éternel retour à son passé que réside maintenant sa seule lumière. Krapp, qui jadis déclarait ne plus rien vouloir de ce qu'il avait vécu, ne peut aujourd'hui exister que s'il parvient à être de nouveau ce qu'il fût : “Sois de nouveau, sois de nouveau.” Il lui faut surtout être encore celui qui, “quand il y avait encore une chance de Bonheur”, a vécu un instant d'amour.


Lire plus >

« Qui a peur de Virginia Woolf ? » d’Edward Albee

,

Martha, fille du doyen de l’Université, et son mari George, professeur, invitent à l’issue d’une réception un jeune professeur de biologie et sa femme à boire un dernier verre. George et Martha vont jouer à mettre en scène leur rapport et leur drame devant le jeune couple, progressivement aspiré malgré lui dans ce qui va devenir un tourbilon, qui ne s’arrêtera qu’une fois les dernières illusions détruites.


Lire plus >

« Terre Noire » de Stefano Massini

,

La pièce nous embarque dans une bataille psychologique digne d’un thriller hollywoodien : celle d’une femme seule contre les multinationales impitoyables. En trente et un tableaux, Stefano Massini campe l’histoire réelle et terrible d’un couple de paysans sud-africains devenus le jouet de grandes firmes. Il construit l’intrigue avec brio, comme un puzzle sombre et subtil. Irina Brook s’empare de ces scènes intenses et morcelées pour reconstruire, à travers un théâtre d’actualité, l’image d’un monde en péril où l’humanité perd sa place face au pouvoir de l’argent.


Lire plus >

Ouverture du Conservatoire de Musique Edgar-Varèse de Gennevilliers

,

En janvier 2016, après deux ans de travaux, sera inauguré le Conservatoire à rayonnement Départemental de musique et de danse Edgar Varèse de Gennevilliers, nouvel établissement pour lequel la Ville de Gennevilliers a investi 14 M d’euros. En septembre 2015, Madame Fleur Pellerin, Ministre de la Culture et de la Communication a signé avec la Ville un Pacte Culturel, engageant les deux parties à ne pas réduire leurs budgets respectifs en faveur de la culture au cours des 3 années à venir.


Lire plus >

Festival « Réveillons-nous ! »

, ,

Le théâtre se mobilise pour la planète autour de la COP 21. Le climat n’est plus un sujet spécialisé. Il englobe tout. Quand on parle de climat, on parle de tout. On ne peut parler de climat sans parler d’économie, d’économie sans parler d’éducation, d’éducation sans parler d’humanité, d’humanité sans parler de religion et de spiritualité. Sous le mot climat, c’est de nous qu’il s’agit, de toute notre humanité. C’est autour de cette thématique que le Théâtre National de Nice a choisi de marquer un temps fort dans sa saison avec un festival présentant des spectacles de théâtre, de danse, des conférences avec des invités tels que Hubert Reeves, Mélanie Laurent, Vandana Shiva, Coline Serreau ou Marie-Monique Robin…, mais aussi avec des projections de films, des expositions, des ateliers pédagogiques.


Lire plus >

« Bettencourt Boulevard » de Michel Vinaver

,

Bettencourt Boulevard dont le sujet est tiré de l’actualité la plus brûlante rassemble, chemin faisant, les éternels composants des légendes et des mythes. Les auteurs de la Grèce ancienne faisaient parfois intervenir, pour clore leurs pièces, un dieu ou une déesse. Dans le cas de l’affaire dite Bettencourt, l’issue, incertaine, est dans les mains de l’appareil de justice auquel s’adjoignent les ressources de l’expertise médicale. Ce qui intéresse Michel Vinaver est son présent mais aussi son passé, ses racines dans l’histoire de France des cent dernières années et ses prolongements où l’intime, le politique et l’économique se mêlent indissolublement.


Lire plus >

« Fin de l’Histoire » de Christophe Honoré

,

Fin de l’Histoire fera dialoguer cette pièce inachevée L’Histoire et l’ensemble de l’œuvre de Gombrowicz, notamment son journal et ses articles polémiques sur la littérature comme Contre les poètes. Mais je me propose d’ouvrir ce dialogue au philosophe et économiste Francis Fukuyama, connu pour ses thèses où l’achèvement de l’Histoire survient, le jour où un consensus universel sur la démocratie met un point final aux conflits idéologiques. On pourra penser que je cherche ainsi à apporter une fin à L’Histoire de Gombrowicz en évoquant le concept de fin de l’Histoire. Une lecture au pied de la lettre. Il me semble pourtant que j’interroge de cette manière la logique même du texte de Gombrowicz, je la relis depuis aujourd’hui.


Lire plus >

TNN Saison 2015-2016

,

C’est une saison forte et symbolique qui démarre ce mois de septembre. Une saison qui, par ses choix, donne aux artistes et aux spectateurs la possibilité d’imaginer une nouvelle conscience collective. Soyons fiers de pouvoir nous réunir aussi souvent que possible dans nos belles salles du TNN pour rêver ensemble, et même, grâce à la force du théâtre, nous réveiller ensemble à l’infime possibilité d’un monde meilleur !


Lire plus >

« Freak Cabaret »

,

Avec Vlad Troitskyi, les Dakh Daughters ont mis en scène un cabaret apocalyptique où s’entrechoquent dans un spectacle polyphonique surpuissant des textes de Iosip Brodski, Charles Bukowski, William Shakespeare, Taras Shevchenko, Alexandre Vendenski… et les chants et récits immémoriaux que la compagnie a collectés dans les villages reculés des Carpates. Les Dakh Daughters expriment avec puissance et humanité le besoin de liberté des citoyen/nes d’un monde en mutations où le devoir de révolte fédère actes et pensée et s’oppose à l’amertume de la résignation.


Lire plus >

« Extinction » de Thomas Bernhard

,

Thomas Bernhard est mort le 12 février 1989. En 1986, il publie Auslöschung. C’est son dernier roman et le plus gros livre qu’il ait jamais écrit. Magistralement traduit par Gilberte Lambrichs, Extinction paraît trois ans plus tard en français. Dans Extinction, sous titré « Un effondrement », Thomas Bernhard pousse son projet d’« anti- autobiographie » jusqu’à ses ultimes conséquences : l’extinction du sujet qui écrit, offrant ainsi en miroir et à l’autre bout du siècle une sorte d’écho assombri de l’entreprise proustienne. Extinction est aussi le livre le plus politique de Thomas Bernhard, qui règle avec une insolente liberté ses comptes avec l’Autriche.


Lire plus >

Festival Arte Flamenco 2015

, ,

Depuis 26 ans, le festival Arte Flamenco, porté par le Département des Landes, nourrit l’ambition de s’ouvrir à tous – jeunes et publics empêchés – et de proposer des spectacles de qualité, des stages, des expositions, des films et des conférences. Une programmation exigeante, sans concession, fidèle aux racines de l’art andalou, qui crée des espaces de dialogue entre tradition et transmission à travers des rencontres inédites où la jeune génération côtoie les « figuras ».


Lire plus >

Festival « Le Standard idéal » 2015

, ,

Repos bien mérité avant la reprise en Juin du STANDARD IDÉAL avec la Chine et les USA. Six semaines (4 mars au 20 avril) qui ont passé trop vite et embarqué le public vers des horizons rares, proches et lointains, conté d’autres récits, donné des nouvelles de monde. Cinquante-cinq représentations données dans quatre théâtres -le TGP à Saint-Denis, le CDN de Montreuil, le Théâtre 71 à Malakoff et le Théâtre Monfort en attendant le Théâtre du Soleil avec la Chine. Il nous faut remercier avec chaleur Jean Bellorini, Mathieu Bauer, Pierre-François Roussillon, Stéphane Ricordel et Laurence Magalhaes et leurs équipes de nous avoir accueillis avec amitié et un grand professionnalisme.


Lire plus >

TNP Saison 2015-2016

,

Notre théâtre connaît, comme bien d'autres, des difficultés budgétaires qui le contraignent à un redressement de ses finances. Dans une démarche commune, la Mairie de Villeurbanne, le Conseil régional du Rhône et nous-mêmes avons demandé à la ministre de la Culture d'étaler ce redressement sur plusieurs années, jusqu'en 2019. En l'absence d'une réponse, dont nous ne préjugeons pas de la qualité, nous sommes amenés à rééquilibrer nos comptes d'ici 2017, deux saisons donc difficiles.


Lire plus >

« On Achève Bien Les Anges (Elégies) »

,

Voilà plus de mille représentations que Bartabas restait dans l’ombre de son Théâtre Équestre du Fort d’Aubervilliers. Éclipsé volontaire depuis trois créations, n’apparaissant que pour saluer au côté de sa troupe ou parfois faire le zèbre à dos d’âne. Pour cette nouvelle création, c’est en compagnie de Tom Waits qu’il redescend dans l’arène, psalmodiant de mystérieuses élégies tel un archange déchu depuis son purgatoire.


Lire plus >

Le Théâtre de Lorient : Saison 2015-2016

,

2015-2016 : une «saison toute particulière» pour le Théâtre de Lorient. Le CDDB, Centre Dramatique National de Lorient, fête ses 20 ans. 20 ans de décentralisation théâtrale, 20 ans d’une politique de découverte de jeunes artistes, 20 ans d’une volonté de transmission, 20 ans de création à Lorient. 20 ans de présence artistique sur le territoire. 20 ans de souvenirs.


Lire plus >

Festival « Le Printemps des Femmes »

, ,

Au Théâtre National de Nice, le printemps est placé sous le signe des femmes avec Le Printemps des femmes, une programmation réunissant sept projets de femme(s)… Spectacles autour de grandes figures féminines, femmes au plateau, femmes auteures, femmes metteuses en scène… du 13 mai au 7 juin 2015.


Lire plus >

« La Cerisaie » de Anton Tchekhov

,

Nous sommes en Russie en 1900 et tout vient de basculer. L’aristocratie n’a pas vu venir le XXe siècle, les bourgeois, les marchands, si. Mais Tchekhov dit de sa pièce que c’est une comédie, où l’on va bien rire. Pourtant, le bonheur en est absent : dans l’antique datcha, rien ne marche comme prévu, tel un couple qui s’aime mais ne parvient pas à s’unir. Quant à Lioubov Andréevna et à son frère Gaev, propriétaires pour quelques heures encore de la Cerisaie, ils n’ont pas vu l’heure passer dans cette comédie du bonheur qu’ils se jouent pour la valetaille, où « tout était si beau avant ». Il y a tout juste vingt ans, à l’Odéon, Lev Dodine avait donné une première version, en demi-teinte, de la dernière pièce de Tchekhov. Dans celle-là, je crois qu’il s’est lui-même projeté dans cette comédie farcesque et tragique. En laissant une grande liberté aux acteurs, il a montré comment deux siècles se télescopent, l’un, touché à mort partant à la dérive, l’autre, mettant le cap vers l’inconnu.


Lire plus >

« Toujours la tempête » de Peter Handke

,

Laisser ressurgir les voix inouïes d'une famille, et à travers elles le destin d'une minorité et d'une langue, le slovène, qui est son trésor menacé. Est-on dans le monde des morts, croise- t-on des fantômes ? Ici tous les temps paraissent se mêler : chronique et météo, vie quotidienne et géographie. Ici l'on peut dialoguer avec ses ancêtres. Ici, être plus vieux que sa mère, à tu et à toi avec la génération de ses oncles. Se découvrir, « moi » en suspension, sans père et entre guillemets, dans le landau que pousse Gregor, l'oncle-parrain.


Lire plus >

Festival « Shake Nice! »

, ,

Le Théâtre National de Nice retentira des grandes œuvres de Shakespeare avec 8 spectacles proposés par de grands metteurs en scène internationaux [français, anglais, indien et italien]. Une rencontre publique autour de Shakespeare aura lieu en présence de Peter Brook et de Kristin Linklater le samedi 7 février 2015 à 16 h 30.


Lire plus >

« Les Contes d’Odessa » d’Isaac Babel

,

Sur le plateau : trois lecteurs et deux musiciens, deux écrans, des images et des fantômes, des chansons, la langue russe, le yiddish, deux MacBookAir. Un dispositif poétique pour faire entendre tour à tour les mots éclatants, ironiques et brutaux d’Isaac Babel, le grand écrivain d’Odessa, et une correspondance par e-mail étrange et drôle, entre un homme et une femme, autour d’une Odessa rêvée.


Lire plus >

« Shakespeare’s Sister ou La Vie matérielle » de Marguerite Duras et Virginia Woolf

,

Dans une cuisine intemporelle, découpant des légumes pour préparer une soupe, cinq femmes bavardent, rient, chantent, dansent et surtout échangent, avec les mots de Virginia Woolf et Marguerite Duras en parfaite harmonie. Sur leur vie quotidienne, leur “vie matérielle”. Leur point commun ? Être femmes, mè̀res et artistes, à la vie comme à la scène. La Vie matérielle de Marguerite Duras est un recueil d’interviews sur toutes sortes de sujets - plusieurs chapitres traitent de la mère et de la maison. Une Chambre à soi de Virginia Woolf est un essai féministe avant l’heure sur les difficultés rencontrées par les femmes souhaitant travailler, s’émanciper, et surtout devenir romanciè̀res. Du temps, et surtout une chambre à soi qu’on peut fermer à clé, voilà ce qu’il leur manque pour s’échapper des contraintes domestiques et libérer leur créativité, dit en substance la brillante auteure anglaise.


Lire plus >

« Archipel » de Marie N’Diaye

,

À peine sorti de la création de Te craindre en ton absence, opéra présenté en mars 2014 au Théâtre des Bouffes du Nord par Georges Lavaudant, l’ancien directeur de l’Odéon-Théâtre de l’Europe reconduit aujourd’hui son travail sur la langue de Marie N’Diaye avec les jeunes acteurs sélectionnés pour la nouvelle édition de Talents Adami Paroles d’acteurs, un programme de transmission mis en place par l’Adami pour mettre en relation, le temps d’une création, de jeunes interprètes avec des “maîtres” de la scène. Avec eux, Georges Lavaudant travaillera sur un montage de textes variés, regroupés sous le titre-paysage Archipel Marie N’Diaye.


Lire plus >

« Chatting with Henri Matisse »

,

Chatting with Henri Matisse est la retranscription de conversations que le chef de file du fauvisme a eues en 1941 durant la seconde guerre mondiale avec le critique d’art Pierre Courthion. Le peintre s’était alors livré sans retenue sur sa carrière, ce qu’il n’avait encore jamais fait.


Lire plus >

« Lancelot du lac » de Florence Delay et Jacques Roubaud

,

Enlevé nouveau-né à ses parents par la fée Viviane, dite la Demoiselle du Lac, Lancelot est élevé par elle dans l’ignorance de sa lignée royale et de son nom. À sa demande, quand il a quinze ans, et bien à contre- cœur, Viviane le présente à la Cour du roi Arthur pour être armé chevalier. Yvain se charge de son éducation. La reine Guenièvre, quand il prend congé d’elle avant de partir vers sa première aventure, l’appelle «beau doux ami» et lui tend sa main nue à baiser — par où entre l’amour. Galehaut, sire des Îles Lointaines, fils de la Belle Géante, qui convoite le royaume de Logres, aperçoit dans la bataille un Chevalier aux Armes Blanc et Noir dont il s’éprend violemment sans le voir. C’est Lancelot.


Lire plus >