© Pascal Gély


© Pascal Gély

« Nid de coucou » et « Shakespeare celebration »: deux spectacles, belle affiche et interprètes aux multiples talents. Ils sont comédiens, musiciens, marionnettistes, conjuguent poésie et humour. Le « Footsbarn théâtre » profite de l’accueil chaleureux et circassien des Romanès.

Le Footsbarn théâtre est une compagnie cosmopolite qui compte onze nationalités. Ambulante et populaire, elle parcourt les zones rurales et les routes du monde depuis 45 ans.

Le cirque Romanès leur a prêté son chapiteau de la porte Maillot à Paris pour 2 spectacles et 6 semaines.
Ils sont 7 à interpréter librement « Vol au dessus d’un nid de coucou » d’après l’œuvre de Ken Kesey et « Shakespeare Celebration », 2 spectacles déjà fort bien accueillis l’été dernier en Irlande au « Kilkenny Arts Festival » et au « Clifden Festival ».

Dans « Nid de coucou », nous sommes dans un hôpital psychiatrique où se croisent malades et personnel soignant sous l’autorité d’une infirmière en chef aussi truculente qu’autoritaire et despote. Les jours sont rythmés  par les horaires des prises de médicaments, ceux des programmes de télévision ou des parties de cartes… Une communauté thérapeutique qui vivote, sous contrôle.

Jusqu’à l’arrivée de Mac Murphy un américain déluré à la pathologie non définie et bien décidé à ne pas se soumettre. Il y a aussi l’indien que l’on dit sourd et muet. Surdité et mutisme qui paradoxalement installent et imposent sa présence.
Ce couple improbable est à l’origine d’une rébellion qui va s’installer à bas bruit.
Les pensionnaires finissent par chercher à s’émanciper et à transgresser. La règle se durcit, les électrochocs pleuvent, la trépanation anéantit…